Un peu d’histoire

Depuis des millénaires, l’homme a cherché à mesurer le temps, avec des moyens qu’il n’a cessé de perfectionner au fil du temps.

Les premières méthodes, bien que très rudimentaires, étaient néanmoins basées sur des observations scientifiques et mathématiques. En effet, les saisons, les positions du soleil, de la lune ou des étoiles dans le ciel, les alternances du jour et de la nuit, sont autant de phénomènes qui reviennent à intervalles réguliers, permettant par là une division du temps plus ou moins précise.

 

 

Parmi les premiers instruments de mesure du temps, le gnomon, simple bâton planté dans le sol, indiquait l’heure en fonction du soleil, grâce à l’appréciation de la taille de son ombre.

 

 

Cathédrale de Chartres – détail

 

 

Par la suite, pour faciliter la lecture du temps, une table figurant des lignes horaires a été ajoutée au pied du gnomon, donnant ainsi naissance au cadran solaire.

 

 

 

 

Clepsydre athénienne reconstituée, Musée de l’Agora antique d’Athènes

 

 

Puis on a constaté que l’écoulement continu et régulier d’une substance permettait de mesurer des durées : ainsi a-t-on mis au point la clepsydre (écoulement de l’eau) et le sablier (écoulement de sable).

 

 

 

 

 

 

Tour de l’horloge, Paris

 

Les premières horloges font leur apparition en Europe au XIIIe siècle. Initialement, elles ne possèdent pas de cadran ni d’aiguille et indiquent l’heure par le son de cloches. C’est la première fois que l’on utilise la périodicité d’un mouvement (en l’occurrence les allers et retours d’un poids suspendu) pour mesurer le temps.

 

 

 

Les premières montres apparaissent au XVIe, à la Renaissance.

Il s’agit à l’époque plus d’un objet de reconnaissance de sociale et de décoration, que d’un instrument de précision : elles ne comportent qu’une seule aiguille et doivent être réglées très souvent, à l’aide d’une clepsydre ou d’un cadran solaire. La montre-bracelet ne fera son apparition que trois siècles plus tard (Breguet fabrique le premier exemplaire connu en 1810) et ne sera démocratisée que courant XXe siècle.

En 1675 le balancier spiral est mis au point : il permet enfin d’obtenir une régulation du temps très précise.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, l’industrialisation de l’Europe porte le développement de l’industrie horlogère et donne naissance à de nombreuses fabriques et manufactures. L’Allemagne, la Suisse, la France, l’Italie et la Grande-Bretagne sont alors les fers de lance du secteur.

Manufacture Jaeger-Lecoultre (photo Johann Sauty)

 

Au XXe siècle, l’industrie horlogère profite de l’explosion des nouvelles technologies pour aboutir aux montres modernes, telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Big Bang Unico Magic Sapphire par Hublot

 

Aujourd’hui il existe plusieurs types de montres :

La montre mécanique

La montre automatique

La montre à quartz

La montre radiopilotée

La montre connectée